Mais avant de répondre à cette question, permettez moi un petit rappel sur la structure du globe...

Notre planète Terre est constituée de plusieurs épaisseurs successives de couches solides, liquides ou gazeuses plus ou moins imbriquées les unes dans les autres. En partant du centre, nous trouvons :

  • Le noyau interne ou graine, solide de rayon 1 220 km à 5 500 °C

  • Le noyau externe, liquide, d'épaisseur 2 240 km, à une température moyenne de 3 500 à 3 600 °C.

  • Le manteau ou magma qui est de la roche fondue à 2 500 °C et d'épaisseur 2 870 km

  • La croûte terrestre d'épaisseur 40 km et solide.

 

Structure globe terrestre

L'écorce terrestre ne représente donc même pas 1% du rayon de la Terre! Cette écorce terrestre est fragmentée en quatorze plaques tectoniques majeures et une quarantaine plus petites assorties d'un système de failles, de dorsales et de fosses. De plus, chaque plaque est fissurée en une multitude de petites plaques séparées par des « discontinuités » plus ou moins importantes.

Pourquoi le magma est-il en fusion ?

Le magma sur lequel nous flottons, par l’intermédiaire de la fine couche d'écorce terrestre, est en fusion du fait d'une cascade de désintégration radioactive de l'Uranium en Plomb. Celle chaîne de désintégration radioactive, comparable au process de fission necléaire, crée une chaleur intense accompagnée de radiations. C'est donc précisément la radioactivité naturelle du manteau qui est à l'origine des très hautes températures qui fondent la roche, comme en témoigne la lave qui jaillit des volcans. Ainsi le thorium 232 ou le Radon 222 constituent des sous-produits de la chaîne de désintégration de l’Uranium. Le Plomb étant la dernière étape de cette désintégration.

Où part cette radioactivité naturelle?

Cette radioactivité naturelle s'engouffre par les passages de moindre résistance que sont les failles, les cavités et emprunte la trajectoire des cours d'eau souterrains qui creusent le sol créant ainsi des failles et des passages de moindre résistance. Le rayonnement gamma qui en résulte est un rayonnement de haute fréquence qui ne pourra être arrêté que par 22 cm de Plomb à la surface de le Terre. Il aura alors suffisamment d'énergie pour arracher des électrons à la matière et aux cellules qu'il traverse, les transformant ainsi en « radicaux libres », dont la prolifération signe tous les cancers. Il tue les végétaux qu'il rencontre, fendille les murs et pourra déteriorer les cellules de tous les êtres vivants qui séjournent sur sa trajectoire (lit, siège de bureau, …). On le retrouvera jusque dans les étages les plus hauts des immeubles.

Voilà pourquoi il est primordial de le localiser dans les habitations pour pouvoir l'éviter et notamment dans les endroits où vous séjournez le plus longtemps (n'oubliez pas que nous passons le 1/3 de notre vie dans notre lit). L'expertise géobiologique de votre maison d'habitation vous en donnera le tracé exact.

 

Trajectoire du rayonnement gamma sur cours d'eau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crédit photo, Géobios

 

Laissez moi maintenant vous relater l'étude du docteur Picard, médecin généraliste, sans doute un des premiers à s'être intéressé en France à l'impact du lieu de vie sur la santé.

  


 

Au début des années 1960 , le Dr Picard à Moulins dans l'Allier , après avoir soigné durant plusieurs années différents occupants d'un immeuble fut intrigué lorsqu'il s’aperçut que ceux-ci souffraient tous de troubles localisés dans le bas ventre. Après avoir interrogé ses confrères, il s’avéra qu'eux aussi avaient dans le même bâtiment des patients atteints également dans la région du bas ventre. Une étude de l'immeuble localisa la présence d'un fort courant d’eau souterrain dont les rayonnements affectaient verticalement les lits des chambres de tous les étages exactement au même endroit. En effet, dans chaque appartement l'emplacement identique des fenêtres, des portes et des placards ne permettaient pas de varier l’aménagement des chambres. Les lits étaient donc tous parfaitement superposés les uns aux autres ainsi qu'à tous les rayonnement géopathogènes émanants du sous-sol terrestre.

 

Voilà ce que dit alors le Dr Picard:

«  Quand quatre ou cinq personnes situées à la verticale les unes des autre meurent d'un cancer, ça laisse le médecin perplexe » 

 

Alors faut il croire au hasard ? Ou comme ce Docteur, pouvons nous envisager un lien entre la radioactivité naturelle du manteau de la Terre et l'impact sur toute forme de vie qui en est traversée?La loterie de certains pathologies graves comme le cancer pourrait être en partie et parfois liée au lieu de vie?

Je vous laisse sur ces quelques photos prises en pleine nature témoignant de cette radioactivité naturelle...

 

 

021 (2)

thumbnail_WP_20170523_12_20_18_Pro

 

emotionheader4780766

briques-d-cell-es